Sorties des premiers chapitres des recommandations sur le VIH

À la demande du ministère chargé de la santé, le Conseil national du sida et des hépatites virales et l’ANRS Maladies infectieuses émergentes, ont sollicité la Haute Autorité de santé pour l’élaboration d’une actualisation des recommandations françaises de prise en charge des personnes vivant avec le VIH (PVVIH).

Dans le cadre de ce triple label les premiers chapitres du rapport, mené sous la direction de Pierre Delobel, sont désormais disponibles ; les recommandations et les fiches sur les sujets suivants :

• Grossesse et VIH : désir d’enfant, soins de la femme enceinte et prévention de la transmission mère-enfant ;
• Prise en charge de l’enfant et de l’adolescent vivant avec le VIH ;
• Dépistage et de prise en charge des cancers chez les personnes vivant avec le VIH ;
• Diagnostic, suivi virologique de l’infection VIH et analyse de la résistance aux antirétroviraux.

Une présentation de l’ensemble des chapitres aura lieu lors du 25e congrès de la SFLS (Société française de lutte contre le sida).

Grossesse et VIH : désir d’enfant, soins de la femme enceinte et prévention de la transmission mère-enfant

L’accompagnement de la HAS s’est inscrit dans le cadre de la labellisation par la HAS d’une recommandation élaborée par un organisme professionnel.
Quels sont les objectifs de cette recommandation ?
Il s’agit de proposer une prise en charge thérapeutique optimale des malades vivant avec le VIH. Les objectifs des recommandations sont de définir dans le contexte français actuel, l’attitude optimale pour les PVVIH concernant les aspects suivants :
• Soins préconceptionnels
• Contraception,
• Place de l’aide médicale à la procréation,
• Choix des traitements de première ligne pendant et en vue d’une grossesse selon les différentes situations rencontrées,
• Parcours de soins pendant la grossesse,
• Prise en charge obstétricale,
• Prophylaxie néonatale et soins des nouveau-nés et nourrissons de mères VVIH,
Allaitement.
Ces recommandations ne concernent que la prise en charge thérapeutique médicamenteuse (curative et préventive) des personnes vivant avec le VIH.

A qui s’adresse cette recommandation ?
Professionnels de santé : gynécologues-obstétriciens, pédiatres, infectiologues, internistes, virologues, médecins généralistes, sage-femmes, infirmiers, puéricultrices, pharmaciens, psychologues, Centres de Protection Maternelle et Infantile, Travailleurs sociaux.
Patients : PVVIH, Femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse de manière générale, Conjoints et partenaires de PVVIH, Nouveau-nés et nourrissons nés de mères VVIH, Associations de patients.


Quelles sont les principales recommandations ?
• La question du désir d’enfant fait partie intégrante de la santé sexuelle et reproductive et doit être abordée avec toute personne vivant avec le VIH (PVVIH), femme ou homme.
• Le traitement antirétroviral (ARV) permet de réaliser trois objectifs dans le contexte d’un désir d’enfant : préserver la santé de la PVVIH, supprimer le risque de transmission sexuelle et supprimer le risque de transmission mère-enfant (TME).
• Il faut débuter (sauf rares exceptions) le traitement le plus précocement, pendant et si possible avant la grossesse.
• Le choix de traitement ARV est individualisé en tenant compte des spécificités de la grossesse et de l’exposition de l’enfant à naître. Il fait l’objet d’une réunion de concertation pluridisciplinaire. Si la femme est déjà traitée, dans l’attente de l’avis spécialisé, il ne faut jamais interrompre le traitement. La patiente doit recevoir une information claire et être impliquée dans les décisions.
• Il s’agit de grossesses à risque nécessitant une surveillance obstétricale et médicale mensuelle par des équipes entraînées, en particulier concernant le risque de prématurité, l’efficacité et la tolérance du traitement ARV.
• Le risque de transmission par l’allaitement maternel est élevé en l’absence de contrôle virologique chez la mère. En situation de suppression virale prolongée, le risque de transmission par l’allaitement est très faible, permettant d’envisager l’allaitement sans pour autant pouvoir affirmer à ce jour la notion « indétectable = intransmissible » dans ce cadre.
Fiche synthétique : Grossesse et VIH : désir d’enfant, soins de la femme enceinte et prévention de la transmission mère-enfant
Prise en charge de l’enfant et de l’adolescent vivant avec le VIH

Quels sont les objectifs de cette recommandation ?
• Il s’agit d’actualiser les recommandations de la prise en charge du VIH chez l’enfant et l’adolescent en proposant dans le contexte français actuel une prise en charge thérapeutique optimale.
• Ces recommandations ne concernent que la prise en charge thérapeutique médicamenteuse (curative et préventive) des personnes vivant avec le VIH.

A qui s’adresse cette recommandation ?
Professionnels de santé : pédiatres, infectiologues, médecins généralistes, virologues, infirmiers, psychologues, travailleurs sociaux, médecins scolaires, pharmaciens, centres de Protection Maternelle et Infantile ;
Patients : Enfants et adolescents VVIH et leurs familles, Associations de patients


Quelles sont les principales recommandations ?
• Grâce à la prescription et l’efficacité du traitement antirétroviral, en prévention de la transmission mère-enfant du VIH, le nombre de contaminations périnatales est devenu très faible en France.
• La majorité des cas de transmission mère-enfant concernent des enfants originaires de pays de forte endémie par défaut de dépistage ou de traitement maternel.
• La transmission sexuelle représente désormais la majorité des nouveaux cas d’infection VIH en France chez l’adolescent.
• Les objectifs et principes généraux de prise en charge chez l’enfant et l’adolescent vivant avec le VIH sont les mêmes que chez l’adulte, mais avec des particularités pédiatriques d’utilisation des antirétroviraux. Le choix est limité chez l’enfant par manque de galéniques adaptées.
• La complexité des traitements et la nécessité d’une prise en charge multidisciplinaire pour les enfants et adolescents vivant avec le VIH, et leur faible nombre en France, imposent que leur suivi thérapeutique soit effectué dans un centre spécialisé.
• Un suivi attentif de l’efficacité du traitement antirétroviral, de sa tolérance et de l’observance sont nécessaires. Une adaptation des modalités de prise des médicaments et une simplification pourront être proposés pour faciliter la vie de l’enfant ou adolescent et ainsi favoriser l’observance.
• La période de l’adolescence est à risque d’inobservance. Il est donc recommandé de choisir des traitements pour lesquels le risque d’émergence de résistance est faible et en privilégiant les schémas avec une prise unique journalière.
• La mise en place d’un accompagnement psychologique et social permet de soutenir les familles, les enfants, et les adolescents
• La transition de prise en charge des adolescents vivant avec le VIH en service d’adultes nécessite une collaboration étroite entre les structures pédiatriques et adultes.

Fiche synthétique : Prise en charge de l’enfant et de l’adolescent vivant avec le VIH
Dépistage et prise en charge des cancers chez les personnes vivant avec le VIH


Le groupe d’experts qui a travaillé sur le a publié ses nouvelles recommandations a travaillé sous la direction du Pr Alain Makinson (PU-PH au département des Maladies Infectieuses et Tropicales, CHU de Montpellier, unité Inserm U 1175, université de Montpellier).
Les recommandations traitent notamment de :
• l’épidémiologie des cancers chez les PVVIH en France
• la prise en charge générale pour une PVVIH atteinte d’un cancer
• les spécificités des dépistages et prises en charge des affections malignes chez les PVVIH abordées pour chaque type de cancer
• la place des immunothérapies anti-cancéreuses chez les PVVIH
• les spécificités pharmacologiques en oncologie chez les PVVIH

Webinaire de présentation
Un webinaire sera dédié à la présentation des nouvelles recommandations de dépistage et de prise en charge des cancers chez les personnes vivant avec le VIH par le Pr Makinson (pilote du groupe de travail) et sera suivie d’une séance de questions/réponses.
Ce Webinaire est proposé en partenariat avec le Comité de coordination de la lutte contre les infections sexuellement transmissibles et le VIH Occitanie.
Date : le 5 juillet de 13h à 14h.
PROGRAMME
13h00 : Accueil et introduction, Pr Delobel Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, CHU de Toulouse, Inserm UMR 1291 – CNRS – Université de Toulouse (Infinity)
13h10 : Présentation des nouvelles recommandations, Pr Makinson PU-PH, Département des Maladies Infectieuses et Tropicales (ou MIT), CHU de Montpellier, unité Inserm U 1175, université de Montpellier
13h40 : Questions / réponses
14h00 : Fin du webinaire
Accéder au webinaire