Le plan cancer 2009-2013 consacre une de ses actions à la prévention des cancers dans la population vivant avec le VIH (action13.4). L’enjeu est important puisque les cancers sont aujourd’hui responsables de plus d’un décès sur trois des personnes infectées par le VIH (cancers classant et non classant).

PDF - 1.6 Mo
Prévenir le cancer anal
Gays vivant avec le VIH
PDF - 1.6 Mo
Cancer et VIH
Prévenir le cancer de l’anus

Le Cancer de l’anus plus fréquent chez les personnes vivant avec le VIH, comment le dépister ?

Le cancer de l’anus, qui est un cancer rare dans la population générale, représente dans la population infectée par le VIH le 3ème cancer le plus fréquent chez l’homme et le 7ème cancer chez a femme (résultats de l’enquête Oncovih 2006). Le dépistage de lésions précancéreuses anales est le repérage de cancers de l’anus à un stade précoce, pour lesquels les chances de guérison sont élevées (95 % à 5 ans), font de l’examen proctologique un moyen de prévention à promouvoir.

3 populations particulières devraient faire examen proctologique tous les ans

Dans le rapport 2010 dédié à la "prise en charge médicale des personnes infectées par le VIH", rédigé à la demande du ministère en charge de la Santé et des Sports sous la direction du Pr Patrick Yéni, la recommandation d’un examen proctologique annuel est énoncée pour trois populations particulières infectées par le VIH  :

  • les hommes ayant des rapports sexuels anaux,
  • tout patient avec un antécédent de condylomes ano-génitaux,
  • les femmes avec une une dysplasie ou un cancer du col de l’utérus. Les hommes homosexuels infectés parle VIH apparaissent comme la population la plus à risque avec une multiplication par 100 du risque du cancer de l’anus par rapport au risque de la population générale. L’enjeu d’une meilleure application de cette recommandation vise à faire diminuer l’incidence et la mortalité associée à cette pathologie. [1]www.snfcp.org ;

www.e-cancer.fr/expertises-publications-de-l-inca